Article paru dans LaPresse du 18 juillet 2013
Par Lucie Lavigne

Les photographes québécois n’échappent pas au courant. Certaines de leurs meilleures photos d’art attirent les collectionneurs et ceux qui ont envie de rehausser leur intérieur.

 «Notre volonté est de faire connaître au grand public la photographie d’art du Québec et d’encourager ceux qui ont une démarche résolument originale», explique Jean-Christophe Charlier, cofondateur de la galerie en ligne Grizzly Montréal.

Inaugurée sur le web en 2011, elle regroupe 45 photographes québécois, incluant Bernard Brault, de La Presse, ainsi qu’un Italien. La galerie propose environ 800 photos numérotées, signées et offertes avec un certificat d’authenticité. Elles sont déclinées en six formats et leur tirage est limité à 30 exemplaires. Quant au prix, il oscille entre 100$ et 1200$ environ. Selon la cote du photographe, certains clichés peuvent toutefois valoir plus cher.

Une fois la photographie achetée, il reste à se procurer un cadre dans un magasin spécialisé. Il est aussi possible d’obtenir une «caisse américaine» chez Grizzly Montréal. Dans ce type d’encadrement, le tirage est légèrement surélevé. L’espace ainsi créé entre la photo et le cadre apporte légèreté et profondeur à l’oeuvre.

Boudée par le milieu de l’art, la photographie d’exception est de plus en plus recherchée. «Cette tendance est née grâce à l’évolution des techniques d’impression photographique, qui permettent d’offrir des tirages d’art, c’est-à-dire haut de gamme et d’une grande durabilité. Dans notre cas, nous utilisons une imprimante très performante, un papier 100% coton à PH neutre, ainsi que des encres de qualité dite ”archives”», précise Jean-Christophe Charlier.

Ce dernier poursuit: «Peu importe son encadrement, une photo d’art demande à être habilement intégrée à son décor, comme on le ferait avec un tableau.»

Lire l’article sur LaPresse

 

 

Rose et jaune, de Marie Reine Mattera

Rose et jaune, de Marie Reine Mattera